EVERY RIDER. EVERY RIDE

B2B

Cape Epic

Le plus grand spectacle du monde

Cela fait déjà un mois que la Cape Epic est terminée, mais les souvenirs sont encore vivaces.

Le Prologue a eu lieu le premier jour de course, mais ce n'était pas le premier test : la Cape Epic commence des mois à l'avance, avec la planification et la préparation, un défi logistique interminable. Mais lorsque les coureurs se sont élancés sur la rampe de départ depuis l'Université du Cap, le 18 mars, nous avons su que le jeu en valait la peine.

En suivant les coureurs après leur départ réussi et en nous dirigeant vers Robertson pour les étapes un à trois, nous avons ressenti la routine de la Cape Epic s'installer : depuis le réveil à 5 h du matin jusqu'aux heures de repas aléatoires, en passant par les réunions, la lessive, la cuisine, les courses et les déplacements. Tant que l'on se trouve dans la bulle de la Cape Epic, le monde extérieur devient de plus en plus étranger ; l'heure du jour, et même le jour de la semaine, n'a plus aucun lien avec la réalité. Une nouvelle normalité s'est installée et nous avons rapidement adopté le rythme de la Epic.

Nous avons commencé avec une grosse crevaison de Raph, cinq minutes après le début de l'étape 1, mais heureusement, nous sommes rapidement passés à de superbes courses en tête pendant l'étape 2 et à la fin de l'étape 3, avec nos coureurs situés à la 13e place du classement général. Mariske et Annie ont également joué avec nos émotions, en obtenant deux brillantes troisièmes places, puis une journée de sérieuses difficultés. Avec quelques bons résultats à notre actif, nous avons quitté Robertson pour Worcester pour une nuit seulement. Nos camping-cars étaient verrouillés et chargés dès 6 h 30 pour permettre un départ et un trajet rapides jusqu'au point numéro trois : Wellington. Les coureurs ont suivi. 

Comme chaque jour, l'air conditionné fonctionnait à plein régime à l'intérieur des camping-cars prêts à accueillir les coureurs, le camp était dressé, la nourriture et l'eau potable étaient stockées, tout était prêt. Au fur et à mesure que les coureurs ralentissent, l'équipe passe à la vitesse supérieure. Les kits et les bidons sont lavés, les vélos nettoyés et entièrement vérifiés, les photos sont éditées et les rapports de course rédigés. La charge de travail est élevée ,mais le bruit est toujours faible pendant l'après-midi, pour permettre aux coureurs de dormir et récupérer.

De Worcester, nous sommes allés directement à Wellington. C'est ici que le virus qui se répandait dans le village de la Cape Epic a frappé l'équipe OMX. Nous pouvons surmonter les problèmes mécaniques, souffrir de la fatigue et maintenir le moral élevé, mais malgré tous nos efforts, nous ne pouvions pas échapper à la maladie. Martin a été frappé si durement qu'il a dû se retirer de la course ; c'était un coup dur pour l'équipe et une déception très lourde pour lui qui avait roulé avec une force incroyable. Un jour plus tard, Mariske souffrait également de malaises et de diarrhée, mais aussi incroyable que cela puisse paraître, elle a réussi à continuer.

Malgré un changement dans la dynamique de notre course à cause des effets du virus, nous avons tous réussi à trouver l'énergie et l'optimisme nécessaires pour traverser les derniers jours. Huit jours, cinq sites, 658 kilomètres, quatre podiums, une troisième place au classement général. C'et ce que j'appelle, quelles que soient les circonstances, une mission plutôt réussie. La cinquième Cape Epic à laquelle a participé l'équipe est déjà un souvenir, mais la sixième n'est pas encore tout à fait un nouveau rêve ! Donnez-nous un peu de temps, et je suis sûr que nous serons prêts à affronter à nouveau la plus grande course de VTT du monde.